Le yoga peut-il aider les enfants dans leur apprentissage scolaire ?

Afin d’aider les enfants qui souffrent d’un trouble de déficit de l’attention, de problèmes liés aux fonctions exécutives ou du trouble d’opposition à compléter et réussir leur parcours scolaire, des stratégies doivent être trouvées.

Le yoga pourrait présenter une option intéressante afin de remplacer la médication ou d’accompagner d’autres mesures mises en place par les professionnels pour soutenir ces enfants dans leur apprentissage à l’école.

Une récente étude publiée par Khalsa et Butzer en 2016 révèle que la recherche sur l’efficacité du yoga pour améliorer la santé mentale, émotionnelle, physique et comportementale des enfants en milieu scolaire est un domaine de recherche récent mais en pleine croissance.

Khalsa, S. B. S. and Butzer, B. (2016), Yoga in school settings: a research review. Ann. N.Y. Acad. Sci., 1373: 45–55. doi:10.1111/nyas.13025.

les enfants et les adolescents sont confrontés à un grand nombre de facteurs de stress 

PROBLÉMATIQUE

Dans notre monde, les enfants et les adolescents sont confrontés à un grand nombre de facteurs de stress, aussi bien dans leur milieu familial que dans le contexte scolaire (Ryan-Wenger et collab., 2005 ; Grant et collab., 2009).

Un grand nombre de ces facteurs de risque sont connus pour leur rôle dans le développement de troubles de l’humeur et d’autres troubles psychologiques.

Il y a donc un fort besoin pour les enfants et les adolescents d’acquérir des compétences comportementales qui pourront améliorer leur état socio-émotionnel, comme des techniques de gestion du stress et d’autorégulation émotionnelle.

Il existe en effet des preuves de plus en plus nombreuses que les apprentissages cognitifs et les réalisations scolaires sont influencés par la santé physique et psychologique des élèves (Elias, 1990).

MÉTHODE

Les auteurs de l’étude sur le yoga en milieu scolaire ont procédé à une recension systématique de la recherche sur ce type d’intervention. Leur analyse bibliométrique a dénombré 47 publications dans des revues avec comité de lecture.

Les études rapportées dans ces publications ont été menées principalement aux États-Unis (n = 30) et en Inde (n = 15) depuis 2005. La majorité des études (n = 41) ont cependant été menées à partir de 2010.

La recherche sur l’efficacité clinique du yoga a connu une croissance rapide

YOGA

Le yoga est un système holistique de pratiques qui, dans sa forme traditionnelle, comprend de multiples techniques, parmi lesquelles des postures ou des exercices physiques, des exercices de respiration, des techniques de relaxation profonde et une pratique de la méditation ou de la pleine conscience.

La recherche biomédicale et psychosociale sur l’efficacité clinique du yoga chez les adultes et les enfants a connu une croissance rapide, particulièrement au cours des cinq dernières années.

Certaines études montrent que le yoga pourrait fournir aux enfants et adolescents souffrant de divers troubles d’apprentissage ou de comportement des stratégies ou des mécanismes d’autorégulation de leur comportement ou de leur humeur qui les aideraient dans leurs apprentissages scolaires[1].

[1] S. Jensen, Pauline et Kenny, Dianna. (2004). The effects of yoga on the attention and behavior of boys with Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder (ADHD). Journal of attention disorders. 7. 205-16. 10.1177/108705470400700403.

CONCLUSIONS PROMETTEUSES

Les preuves publiées à ce jour suggèrent que les interventions de yoga en milieu scolaire sont prometteuses pour améliorer l’état mental, la santé, la performance et les comportements positifs des élèves.

La prévalence alarmante de conditions psychologiques défavorables chez les enfants et les adolescents, et ce, dans un système éducatif qui ne développe pas suffisamment chez eux de compétences socio-émotionnelles indique que de nouvelles recherches sur l’introduction du yoga dans les écoles sont justifiées.

TDAH ET YOGA

Jensen et Pauly (2004) suggèrent même que des améliorations significatives dans les apprentissages scolaires de jeunes garçons d’âge scolaire (de 8 à 14 ans) atteints du TDAH ont été remarquées à la suite de l’implantation d’un programme de yoga.

Ce type d’intervention a le potentiel d’être mis en œuvre non seulement en petits groupes dans le bureau du psychologue scolaire, mais aussi dans une salle de classe avec un groupe entier (Peck, 2005).

les mesures de suivi à long terme manquent généralement.

LIMITES DE CES ÉTUDES

Seules 47 études ont été publiées dans des revues avec comité de lecture et elles ont toutes été publiées après 2000. 75 % ont été publiées au cours des cinq dernières années.

Sur le terrain, la plupart des études sont de nature préliminaire et leur qualité méthodologique est faible ou modérée. Un grand nombre d’études ayant été menées auprès d’élèves d’écoles primaires, la taille des échantillons est de plus généralement petite.

Une autre des limites de la littérature sur le yoga dans les écoles est que très peu d’études fournissent des informations sur la dose optimale de l’intervention en termes de fréquence et de durée de la pratique. Par ailleurs, la fidélité de la mise en œuvre d’une école à l’autre et les mesures de suivi à long terme manquent généralement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s